Apave emménage à la tour Val de Rosselle

Le Républicain lorrain Le Républicain lorrain - il y a 2 mois

L’Apave dispose désormais d’un plateau de 450 m² au 9e étage de la Tour Val de Rosselle. Photos Philippe RIEDINGER

Ce jeudi, élus et responsables locaux ont inauguré les nouveaux bureaux de l’Apave (organisme de contrôle réglementaire), à la Tour Val de Rosselle à Freyming-Merlebach. Ce qu’il faut savoir en cinq points…

1. L’Apave c’est…
L’Apave accompagne les entreprises et les collectivités dans la maîtrise de leurs risques techniques, humains et environnementaux. “Nous avons cinq domaines d’actions, indique Daniel Mayer, chef d’agence. L’inspection réglementaire, la formation, le conseil, le bâtiment et le laboratoire essai et mesures. Sur un chantier, par exemple, nous contrôlons le respect des normes électriques mais aussi le déroulement réglementaire des travaux.”

2. Un déménagement
Avant sa venue dans la Tour du Val de Rosselle, l’Apave était installée à Saint-Avold. “Nos locaux étaient vétustes, explique Boris Le Saint, directeur Apave Lorraine Nord. Nous avons déménagé, d’abord, pour le bien-être de notre personnel. Mais aussi pour un meilleur accueil de nos clients.” Daniel Mayer renchérit : “Ici, nous sommes à proximité des axes routiers et nous disposons de 450 m² de bureaux. C’est idéal pour notre activité.”

3. Une entreprise internationale
Grâce à son large domaine d’activité, l’Apave est présente partout en France mais aussi à l’étranger, que ce soit dans les restaurants, les collectivités ou encore les entreprises. “Notre organisme est fort de 135 agences et de 11 600 salariés”, note Boris Le Saint.

4. Une audience locale
Sur le secteur Grand-Est, l’Apave s’occupe de 22 000 clients. Les bureaux de Freyming-Merlebach regroupent l’agence inspection et deux agences hébergées, à savoir, le bâtiment et CMD Métallurgie. “Nous avons de grands chantiers en Moselle-Est comme celui de la centrale pétrochimique de Carling. Nous nous occupons également de la centrale Emile-Huchet ou nous prenons en charge les contrôles non-destructifs et les équipements sous-pression”, détaille le directeur.

5. Des embauches à venir
Trente personnes travaillent actuellement sur le site freymingeois. “Deux embauches viennent d’être réalisées. Deux sont à venir, souligne Boris Le Saint. Nous espérons prospérer dans les années à venir et être pourvoyeur de nouveaux emplois.”

Emilie PERROT

Source : Le Républicain lorrain

Nous contacter
Partager