Le BEPOS, pour un bâtiment de qualité

- il y a 15 mois

Pour préparer le Bâtiment aux techniques de construction à énergie positive, l'association Effinergie propose son label pilote Bepos-effinergie 2013.

Rénovation thermique, mobilité durable, énergies renouvelables… La tendance est aux bâtiments énergétiquement exemplaires. Un phénomène corroboré par le développement des bâtiments à énergie positive labellisés Bepos-Effinergie 2013. Sur l’année écoulée, selon le dernier observatoire BBC, pas moins de 87 opérations ont ainsi fait l’objet d’une demande de certification. 

Le secteur du bâtiment amorce sa révolution verte avec la loi Grenelle II ! Le bâtiment à énergie positive (ou Bepos), à savoir un bâtiment qui peut produire plus d’énergie qu’il n’en consomme, sera obligatoire pour tous les établissements neufs à partir de 2020. Si la France semble accuser un certain retard par rapport à ses voisins (l’Allemagne par exemple), les techniques de construction à énergie positive commencent à se généraliser. Concrètement, pour afficher la plus haute performance énergétique, l’enveloppe du bâti doit permettre de réduire au maximum les besoins en énergie et limiter au minimum toute déperdition énergétique. Autre exigence : le bâtiment doit produire de l’énergie localement, à partir de sources renouvelables (petit éolien, pompe à chaleur géothermique,…).

Pour valoriser ce type de constructions vertes, l’association Effinergie a mis au point le label Bepos-Effinergie 2013, disponible dans le cadre des certifications délivrées par Céquami, Cerqual, Certivéa et Prestaterre. Pour l’obtenir, le projet doit répondre à certains pré-requis : 

- Etre conforme à la réglementation thermique 2012 (RT 2012) et aux exigences du label Effinergie + ;

- Faire l’objet d’une évaluation de la consommation d’énergie grise et du potentiel d’éco-mobilité, ce dernier correspondant aux consommations d’énergie engendrées par les déplacements des utilisateurs.

Toutefois, le label Bepos-Effinergie 2013 ne se résume pas au seul bilan énergétique. Il prévoit aussi la nécessité de s’assurer du bon fonctionnement des équipements par la mise en place de procédures de commissionnement. C’est seulement à l’issue de cet audit complet que le label sera attribué. Une attestation d’autant plus intéressante qu’elle peut autoriser les porteurs de projets d’équipements publics neufs à prétendre à des dispositifs financiers avantageux, dans le cadre des investissements du secteur public en faveur de la transition écologique.

Nous contacter
Partager