« Trouver des moyens innovants pour toucher des apprenants peu qualifiés » 

- il y a 4 mois

Interview de Mathilde Rembert, chargée de mission qualité de l’offre chez Akto-réseau FAF.TT

L’Akto-réseau FAF.TT, l’Opérateur de compétences (Opco) des services à forte intensité de main-d’œuvre, intervient auprès des salariés intérimaires et des salariés permanents des entreprises de travail temporaire. Il est impliqué dans un PIA* à travers le projet Digitaff visant prioritairement à réduire la fracture numérique qui sévit auprès des salariés de premier niveau de qualification. Deux formations d’Apave en blended learning sont financées dans ce cadre : Gestes et postures et Travaux enhauteur.

Quelle est l’ambition derrière la digitalisation de ces deux formations ? 
Cofinancé par le PIA via la Caisse des dépôts et consignations, le projet Digitaff a permis de digitaliser partiellement les formations Gestes et postures (en cours de déploiement) et Travaux en hauteur (en cours de développement). L’enjeu est d’augmenter l’efficacité de ces formations grâce au digital, qui s’adressent plus particulièrement aux intérimaires impliqués dans des travaux à risques physiques (chantier, manutention, etc.). Ces salariés n’apprécient pas des modalités pédagogiques trop « scolaires ». Il faut donc trouver des moyens innovants de les toucher.

Quels sont les atouts pour les apprenants ?  
Le serious game de Gestes et postures est immersif, l’apprenant doit faire des choix d’action comme s’il était en situation réelle ; il est ainsi mieux et plus impliqué. La première session, qui a eu lieu en avril dernier, s’est d’ailleurs très bien passée. Pour Travaux en hauteur, ils se verront proposer des vidéos et des quiz. La vidéo permet de recevoir beaucoup d’information sans avoir à lire, et le quiz de se challenger. Il « pique » la curiosité des apprenants.
* Programme d’investissements d’avenir

Nous contacter
Partager