Opération de jumboïsation* de portiques portuaires

- il y a 4 mois

Au Havre, Générale de manutention portuaire (GMP) a entrepris de rehausser de 9 mètres quatre de ses portiques en exploitation à Port 2000 pour s’adapter aux nouveaux porte-conteneurs, avec le soutien d’Apave de bout en bout.

Le transport maritime mondial est en pleine évolution. Selon le Centre d’études stratégiques marines, la capacité moyenne des porte-conteneurs a triplé en 25 ans. Les plus grands peuvent faire jusqu’à 20 000 équivalent vingt pieds (EVP)** et bientôt 22 000 EVP. Même si une vingtaine de ports peuvent les accueillir dans monde, dont Le Havre, jusqu’à présent seuls les ports d’Asie avaient des portiques assez hauts pour charger et décharger ces navires. Pour adapter ses installations à cette nouvelle tendance, Générale de manutention portuaire (GMP) a décidé de rehausser quatre des dix portiques que l’entreprise exploite sur Port 2 000, terminal du port du Havre dédié aux porte-conteneurs. 

Cette impressionnante et délicate opération, pilotée par Guy Sansone, directeur technique de GMP, consiste à augmenter la hauteur de levage en découpant au chalumeau les jambes du portique. De puissants vérins hydrauliques soulèvent ensuite petit à petit le portique en posant tous les 40 cm des cales, afin de pouvoir placer et souder les modules complémentaires de 9 m de hauteur. Cette jumboïsation nécessite une dizaine de semaines de travaux par portique, pesant chacun 2 000 tonnes.

Aquass, filiale du Groupe et fournisseur de GMP, s’est appuyée sur les compétences de l’agence Apave du Havre pour réaliser des missions de suivi de préfabrication des jambes en Espagne par la société Kalmar avant que celles-ci ne soient expédiées au Havre. « Nous avons aussi réalisé des missions de supervision et de suivi soudage sur le site du Havre lors de la modification des portiques », souligne Dominique Lagoude, chef de l’agence Apave du Havre. En parallèle, Kalmar a fait appel à l’agence pour réaliser les qualifications de modes opératoires de soudage et les essais non destructifs (END) sur les soudures effectuées sur le chantier afin d‘en vérifier la conformité. GMP a, par ailleurs, missionné Apave pour valider les quatre essais en charge à l’issu des travaux. « La réussite de cette opération hors normes est le fruit d’un travail main dans la main avec GMP, Kalmar et Aquass », conclut Dominique Lagoude.
* Par analogie au néologisme utilisé pour la technique de construction navale consistant à rallonger la coque d’un navire existant.
** Unité de mesure internationale de la capacité de transport de conteneurs par un navire. Un conteneur de 20 pieds (6 m) vaut 1 EVP.

Nous contacter
Partager