Apave Aeroservices est l’entité dédiée aux activités de conseil et de formation pour l’aéronautique

- il y a 5 mois

Interview de Jean-Marc de Raffin, Président d’Apave Aeroservices.

Comment fonctionnent les synergies entre OSAC et Apave Aeroservices ?

Jean-Marc de Raffin : Je connais parfaitement OSAC puisque j’ai été à sa tête depuis sa création en 2010 jusqu’au 30 janvier dernier. Dix ans plus tard, la complémentarité entre les deux filiales d’Apave fonctionne mieux que jamais. C’est Apave Aeroservices qui a présenté l’offre de service OSAC à la DGAC. Alors que la mission d’OSAC est la surveillance de conformité en délégation de la DGAC, Apave Aeroservices propose des services qui ne sont pas des missions régaliennes mais qui vont toutes dans le sens de la sécurité et de l’efficacité des organismes aéronautiques.

 

Quelle est l’ambition d’Apave Aeroservices ?

J.-M. de R. : En une dizaine d’années d’existence, Apave Aeroservices a développé un savoir-faire, des produits et une offre de services en lien avec la maîtrise des risques qui font d’elle une actrice de premier plan sur le marché de la sécurité aéronautique. Les clients qui figurent dans notre portefeuille sont autant de références. Notre ambition est de tendre vers une offre structurée reposant sur des services élaborés, fondés sur des études poussées et des produits industrialisés, formalisés, voire standardisés. Nous avons conscience que le marché de la sécurité demeure modeste. Il représente moins de 10 millions d’euros. Mais sur ce marché, au cours des dernières années, nous avons gagné en notoriété et nous avons largement étendu notre domaine d’activité. Nous couvrons aujourd’hui aussi bien le militaire que le civil et nous intervenons régulièrement auprès des Autorités étrangères hors d’Europe.

 

Quelles sont ses perspectives de développement ?

J.-M. de R. : Nous voulons tendre vers des prestations plus globales réalisées par des équipes pluridisciplinaires s’appuyant sur des modèles performants d’analyses et des bases de données lourdes. Pour y parvenir, il faut d’abord convaincre nos clients de passer du système actuel de contrôle de la conformité par rapport à un référentiel, à un modèle d’analyse de risques. C’est là le défi que nous allons relever avec nos équipes.

Nous contacter
Partager